Cabinet Dentaire des Docteurs Daunis Richard et Daunis Damien
Omnipratique-Implantologie-Chirurgie buccale et Parodontologie.
Chirurgiens-Dentistes à Argelès sur Mer

73 avenue de la libération - 66700 Argelès sur Mer

Tél. : 04.68.81.18.44
Tél : 09.61.26.94.57

- Fax : 04.68.81.18.44

Candidose linguale.

Lésions buccales et chimiothérapie des cancers

Prévenir les lésions buccales en chimiothérapie des cancers

 
 

Les cellules qui tapissent les muqueuses de la  bouche (palais, gencives, langue, plancher buccal, joues internes, lèvres) sont des cellules à renouvellement rapide susceptibles d'être touchées transitoirement par certaines chimiothérapies qui agissent sur le renouvellement des cellules jeunes. Ces zones peuvent être irritées, enflammées, voire ulcérées sous forme d’aphtes.

Des médicaments associés à la chimiothérapie peuvent également contribuer à la diminution de la salive et par conséquence à la sécheresse buccale.

La salive a un rôle protecteur et immunitaire  pour les différentes cellules de la bouche. Sa diminution, associée à une baisse des défenses de l’organisme, augmente le risque d’infections bactériennes et d'infections fongiques  à champignons comme le «muguet». En outre, une bouche sèche et ulcérée, est à risque de saignements, cela d’autant plus que nombre de plaquettes dans le sang est souvent diminué par la chimiothérapie.

Ces symptômes ont des conséquences sur la capacité à boire, à s’alimenter, à pré-digérer les aliments, sur la sensation du goût, sur la parole de nos patients traités en chimiothérapie. Ces lésions peuvent non seulement être inconfortables mais aussi très douloureuses.


Ce que vous pourriez observer ou ressentir

    une sécheresse de la bouche
    une bouche «pâteuse»
    une mauvaise haleine
    une modification de la consistance de la salive
    une difficulté ou des douleurs à la mastication des aliments
    des douleurs ou maux de gorge et de la peine à avaler
    un ou des gonflements, des rougeurs, une gencive «à vif»
    des dépôts blanchâtres
    des picotements ou des brûlures
    des blessures de la gencive
    une ou des ulcérations, sous forme d’érosions ou d’aphtes
    une sensation d’inconfort (boule dans la gorge) ou de douleur au moment d'avaler.
    l’impression d’avoir un corps étranger au fond de la gorge.

Un aphte est une ulcération caractéristique de la cavité buccale. Le terme médical utilisé pour caractériser une inflammation d’une muqueuse en général est mucite. La stomatite désigne une inflammation de la bouche.
Une mycose buccale, appellée aussi candidose buccale ou muguet buccal est une infection de la bouche due à un champignon.  Elle se présente sous forme de petites plaques blanches regroupées sur la langue ou à l'intérieur de la bouche.
candidose linguale.jpg

Ce que vous pouvez faire


 Identifier aussi exactement que possible les éléments influençant l’irritation afin de trouver les stratégies adaptées pour y faire face.

Les mesures à prendre visent essentiellement à prévenir les irritations et à atténuer l'inconfort,  si les symptômes sont présents.

Précautions de soins

Si vous avez une prothèse dentaire, il est recommandé de faire un contrôle dentaire avant le début de la chimiothérapie afin de vérifier que la prothèse est bien ajustée et prévenir ainsi les irritations par frottements. Faire rebaser toute prothèse mobile qui présente une certaine mobilité en bouche.
 
Durant le traitement, maintenez la bouche humide et propre:

    Hydratez-vous en suffisamment (en moyenne 2 litres/jour) en variant les apports de boissons à votre convenance. Éviter le café et préférer les boisons à base de thé vert. Et en vaporisant en bouche des sprays d'eau pure que l'on utilise pour l'hydratation du visage.

    Rincez-vous la bouche le plus souvent possible, en évitant les solutions alcooliques. Les rinçages d'eau additionnée d'une cuillerée à soupe de  bicarbonate de soude pour un demi verre d'eau réduisent le ph de la salive et donc l'acidité de votre milieu buccal.

    Brossez-vous délicatement les dents après chaque repas, en utilisant une brosse à poils très souples afin de ne pas léser la gencive (brosse  chirurgicale utilisée en chirurgie parodontale)

    Renoncez à l’usage d’un dentifrice abrasif (polissant) et de fil dentaire pour éviter les aggressions de la muqueuse gingivale.

    Si vous êtes porteur d’une prothèse dentaire, rincez-vous la bouche après chaque repas et faites tremper l’appareil dans une solution nettoyante durant la nuit, et bien rincer la prothèse ensuite, sans oublier un brossage minutieux de l'intrados et de l'extrados de votre prothèse avant le trempage dans la solution nettoyante ou dans une solution de bain de bouche à la chlorexidine.

    Évitez tant que possible l’alcool, le tabac, les aliments irritants (acides, durs, épicés) et les fruits secs à coque (noix, amandes, noisettes, arachides).

   Favorisez l’hydratation de vos lèvres en appliquant régulièrement un baume pour les lèvres.

 
Atténuation des symptômes

En cas de sécheresse buccale

    Rincez-vous la bouche à l’eau plusieurs fois par jour, ou selon votre préférence, utilisez un spray de salive artificielle disponible sans ordonnance dans les pharmacies.

    Plusieurs patients ont remarqué que les sorbets, les glaces à l’eau, les boissons au cola, les bonbons acidulés et chewing-gums sans sucre ont un effet favorable sur la sécheresse buccale. Ils sont alors à envisager à l’occasion pour une durée limitée dans le temps.

En cas de mauvaise haleine

    Testez l’effet de pastilles de chlorophylle (à avaler) disponibles sans ordonnance dans les pharmacies.

En cas de lésions dans la bouche


Tentez, tant que possible de réduire vos douleurs par des solutions anesthésiantes sous forme de gel ou de sprays

    Privilégiez des aliments tièdes ou froids, sauf en cas de traitement par chimiothérapie à base d’oxaliplatine pour lequel les boissons et aliments trop froids sont contre-indiqués. Les boissons glacées ont le bénéfice de diminuer la sensation de douleur par leur effet anesthésiant. Dans la même idée, les sorbets sont à envisager à l’occasion.

    Adoptez les bains de bouche anesthésiants qui rendent la cavité buccale moins sensible à l’absorption d’aliments. Sur prescription médicale, ils nécessitent des précautions d’usage comme de respecter une demi-heure entre le gargarisme et le repas pour permettre au médicament de déployer toute son action et éviter d’«avaler de travers» (diminution de la sensation lors du passage des aliments).

    Reposez vos gencives si vous êtes porteur d’une prothèse dentaire en la retirant la nuit ainsi que quelques heures entre les repas.

    Discutez avec votre médecin des possibilités de traitement contre la douleur: gels pour une application locale ou médicaments. Parfois un traitement temporaire par morphine est indiqué.

    Signalez au médecin l’apparition d’une gêne douloureuse au moment d’avaler. Ce pourrait être le signe d’une inflammation qui se situe plus bas dans la gorge.

    Avec votre équipe soignante, considérez les alternatives aux médicaments en comprimés si leur absorption est trop douloureuse. Souvent les traitements sont disponibles en sirop, en suppositoires ou en injections (en usage temporaire).

    Mettez en pratique les recommandations nutritionnelles en privilégiant une alimentation «non irritante».

En cas de difficulté à vous alimenter et/ou de douleurs, des soins complémentaires peuvent vous être proposés: des préparations nutritives enrichies faciles à avaler, par exemple, ou, le cas échéant, la mise en place temporaire d’une sonde d’alimentation.

En cas de saignements de la gencive et de la cavité buccale

    Changez votre brosse à dents à poils très souples contre des cotons-tiges si votre nombre de plaquettes dans le sang est très bas.

    Évitez les aliments secs, rugueux, coupants si vous ne pouvez pas les ramollir par l’ajout de sauce ou autre liquide avant absorption.


Traitement en cas d’infection

L’ensemble de vos observations (mauvaise haleine, apparition de dépôts blanchâtres, etc.) contribue à guider le médecin dans son analyse. Il peut compléter son auscultation par un frottis afin de déceler une infection (prélèvement par frottement d’un coton tige stérile sur la muqueuse en vue d’une analyse microbiologique).


S’il y a une infection, un traitement est nécessaire. Ce peut être un antibiotique ou un médicament contre les infections causées par des levures ou des champignons, ou par les virus herpes et zona. Ce traitement a un effet favorable rapidement sur les lésions infectées de la bouche et de ce fait, sur les douleurs.

 

Lésions buccales , suite de chimiothérapie

  • Les muqueuses de la bouche et du tube digestif sont particulièrement sensible à la chimiothérapie, certains traitements de chimiothérapie du cancer du colon (5 fluoro-uracile , capécitabine 5 FU en forme orale) peuvent entrainer des lésions de l'intérieur de la bouche et le long du tube digestif.
  • Il faut dans l'ordre ,privilégier les aliments moelleux ou mixés, boire des boissons à base de cola battu, de l'eau minérale, des tisanes, du thé vert.Sucer des glaçons, de la glace pilée, des sorbets et des bonbons à la menthe.Se brosser les dents régulièrement avec un brosse à dent très souple, réaliser des bains de bouche ( 1 flacon de Fungizone° 10 pour cent à diluer dans 1 flacon de 250ml de Bicarbonate de sodium à 1,4 pour 100) à conserver au réfrigérateur, pour éviter les différentes lésions buccales et fongiques.Et enfin bien hydrater les lèvres en appliquant des lubrifiants gras( lanoline, vaseline, beurre de cacao)
  • Il faut éviter les aliments trop acides et les aliments trop épicés, éviter l'alcool, le tabac et tous les aliments qui favorisent l'apparition des aphtes (noix , gruyère, ananas)

Espace Cancer CHUV,Institut National du Cancer, Dr Daunis Richard

Article rédigé par le praticien le 03/04/2013