Cabinet Dentaire des Docteurs Daunis Richard et Daunis Damien
Omnipratique-Implantologie-Chirurgie buccale et Parodontologie.
Chirurgiens-Dentistes à Argelès sur Mer

73 avenue de la libération - 66700 Argelès sur Mer

Tél. : 04.68.81.18.44
Tél : 09.61.26.94.57

- Fax : 04.68.81.18.44

Cancer des voies aérodigestives supérieures et statistiques.

Même si les hommes font plus de cancers des voies aérodigestives, on remarque une augmentation chez les femmes et récemment chez des sujets plus jeunes. Ce type de cancer survenant le plus souvent chez des patients de plus de quarante ans.

Cancer des voies aérodigestives  supérieures (VAEDS) et statistiques.

 Les cancers des VAEDS apparaissent souvent au niveau des cellules squameuses  qui tapissent les surfaces humides de la tête et du cou, ils concernent particulièrement la cavité buccale et la langue ( dans cette zone il peut toucher toutes les muqueuses: labiale, jugale, palatine, les bords de la langue, le plancher de la langue, la muqueuse alvéolaire etc), mais également la cavité nasale et les sinus paranasaux, le pharynx et le larynx, les cordes vocales et enfin les différentes glandes salivaires.

-Mondialement 600 000 patients souffrent d'un cancer des VAEDS.

-350 000 décès sont dûs à ce cancer.

-Un fumeur à 15 fois plus de risques de développer un cancer des VAEDS.

-85% des cancers des VAEDS sont dûs au tabac.

-Les cancers des VAEDS représentent 5% des cancers dans le monde.

-Les cancers des VAEDS se localisent dans 90% des cas dans la muqueuse respiratoire haute ( bouche, gorge,nez).

-La localisation de ces cancers sont plus fréquentes dans la cavité buccale : 42%, le pharynx : 35%, le larynx: 24%.

-La consommation d'alcool ajoutée à la consommation de tabac, augmente, multiplie, le risque de développer un cancer des VAEDS. 

-Les hommes qui boivent plus de trois verres d'alcool par jour et les femmes qui boivent plus de deux verres, ont de façon plus significative le risque de faire un cancer des VAEDS.

Et enfin, 80 à 90% est le taux de survie des patients atteints de ce type de cancer, lorsqu'il est traité à un stade débutant.

Prévention: 

si vous avez un des symptômes décrits ci -dessous, depuis plus de trois semaines

vous devez impérativement consulter votre médecin, votre ORL ou votre chirgien dentiste

afin qu´ils puisent vous orienter vers des oncologues, s'il existe le moindre doute

pour faire un prélevement et l'envoyer à l'anathomopathologie pour identifier le type et le stade du cancer.

Symptomes à prendre en compte:

Si l'un de ces symptômes existe depuis plus de 21 jours il faudra demander un avis médical :

-Un ou plusieurs ganglions indurés et qui augmentent de volume depuis plus de 3 semaines

en sous maxillaire ou dans le cou.

-Si vous présentez des difficultés, avec un syndrome douloureux à la déglutition , en dehors d'accidents

de sagesses inférieures .

-Si vous avez un enrouement persistant.

-Si vous avez mal à la gorge et (ou) mal à une oreille du même coté . Toujours depuis plus de 3 semaines.

-Si vous avez une seule narine bouchée avec des saignements spontanés de cette narine.

-Si vous avez une langue douloureuse, qui saigne facilement avec une partie indurée, blanchâtre ou trés

violacée, avec parfois ce que l'on croit être une blessure, et qui ne guérit pas.

-Si vous présentez une muqueuse blanchâtre kératinisée qui saigne au moindre contact, avec parfois des petites

papilles surélevées, ou bien une muqueuse rouge vif en regard d'une dent cassée ou d'un piercing avec persistance de la rougeur .

-Si vous avez une ulcération de la lèvre qui ne guérit pas, ou un aphte qui ne guérit pas, une ulcération de la gencive qui a tendance à se nécroser ou à devenir rouge, rouge vif, ou violacée.

-Si vous présentez une tache violette  intense au niveau du palais, ou une tache blanche kératinisée du côté ou vous fumez votre cigarette, avec parfois des zones ulcérées qui saignent à la brosse.

Conclusion

  • La méconnaissance ou la non prise en charge de ces signes cliniques font que le diagnostic des cancers des voies aérodigestives sont souvent diagnostiqués à un stade trop avancé et plus de 10% des patients présentent des métastases à distance de leur lésion primaire ce qui rend le pronostic de ces patients souvent sombre.
  • La survie de ces patients à cinq ans n'est que de 44% alors qu'en comparaison il est de 65% pour les cancers du col de l'utèrus.
  • Pour faire baisser ces statistiques il faut d'abord faire de la prévention et ensuite pouvoir effectuer des diagnostics précoces.
  • Pour celà nous avons besoin que la population concernée évite la consommation de tabac, modère la consommation d'alcool et réduise les partenaires sexuels.Et qu'à chacun des signes décrits plus haut depuis plus de trois semaines, elle fasse appel aux professionnels de santé (médecin généraliste, dentistes ...) qui eux adresseront le patient à des médecins spécialistes (stomatologiste, ORL, maxillo-facial)

Article rédigé par le praticien le 23/10/2014